Vu du balcon… « Ruy Blas »

6 Ruy Blas YBeaunesne copyrightGuyDelahaye
©Guy Delahaye

Victor Hugo – Yves Beaunesne

 Mardi 8 octobre, le Théâtre d’Angoulême a enfin rouvert ses portes et sa grande salle aux spectateurs, heureux de retrouver leurs fauteuils rouges, après l’inondation et les mois d’exil dans les autres lieux culturels et solidaires de la ville. C’est Yves Beaunesne, habitué de la programmation de Gérard Lefèvre, qui inaugure cette saison 2019 – 2020.

Le spectacle Ruy-Blas est bien huilé, fort d’un été passé au château de Grignan. Il sonne étrangement moderne à l’oreille du spectateur du XXIème siècle grâce à la fluidité du jeu et du phrasé des acteurs. Oui, on est rapidement à l’aise, tant avec les vers de Victor Hugo qu’avec l’Espagne de Charles II. Nous sommes à la fin du XVIIème siècle. Le roi d’Espagne est faible, loin, parti chasser, abandonnant ses ministres à eux-mêmes et sa reine à la rigidité de l’étiquette et à ses envies galantes. Ruy Blas, valet de Saluste, confie son impossible amour à Zafari, officiellement don César, le neveu débauché de son maître. César refuse de servir les machinations de son oncle, écarté de la cour par la reine. Ce sera donc Ruy Blas, le bras armé de la vengeance de don Saluste. Le vieux ministre imagine une machine énorme, une machine infernale, qui a pour but de broyer la reine et de venger sa destitution. Quelques lettres, quelques fleurs, et les amants se reconnaissent, se rapprochent. Déjà Ruy Blas, sous le nom de César, fait résonner la cour de ses réformes, traversées d’un esprit de justice populaire. Le bon sens du serviteur met au jour les malveillances des Grands d’Espagne. Alors qu’il touche au bonheur, Saluste, implacable, vient actionner le dernier levier de sa vengeance.

Yves Beaunesne offre une lecture à tiroirs de ce drame romantique. Il exploite la force dramatique et les facettes comiques de ses acteurs : une reine décalée mais crédible, Noémie Gantier, s’éprend de Ruy Blas, juste représentant de l’intelligence populaire, François Deblock. Tous deux sont le jouet d’un Saluste virtuose dans l’art de la cour et des manigances, interprété par Thierry Bosc. Les interventions de don Guritan, amoureux éconduit et barbon ridicule, sont aussi divertissantes que les apparitions truculentes du vrai don César, Jean-Christophe Quenon ! Ça parle parfois un peu vite, mais ça parle moderne et ça touche le spectateur.

Ce Ruy Blas est une pièce à astuces, dans laquelle le costume devient un élément symbolique : la reine quitte sa fonction et redevient une femme en quittant sa jupe d’apparat. Les costumes sont époustouflants et dessinés, comme ceux du Ciden 2017 ou du Prince travestila saison dernière, par le maître Jean-Daniel Vuillermoz*. Grâce aux masques animaliers de Cécile Kertschmar, l’assemblée des ministres devient une fable de La Fontaine, autre allusion au XVIIème siècle. Le plateau se compose d’un plan incliné, pont de bateau, aire de jeu de cour, qui pousse les personnages vers leur destin funeste. Les poulies, actionnées à vue, rappellent les cordages et les manœuvres des marins embarqués vers le Nouveau Monde de l’Espagne conquérante, de même que la tradition théâtrale. En effet, en ce même XVIIème siècle, les marins apportent à la scène leur science des cordages et actionnent les machines de spectacles.

Mais la touche de grâce des mises en scène d’Yves Beaunesne réside en quelques notes, jouées par les cordes et les percussions, et dans la pureté de la voix de Marie Sylf. Camille Rocailleux propose à nouveau une création musicale qui ajoute du sens, éclaire les sentiments, assoit le cadre temporel et développe l’émotion.

XVIIème siècle espagnol, XIXème de Victor Hugo, nous aujourd’hui, réunis lors des trois représentations de Ruy Blas, mise en scène d’Yves Beaunesne, au Théâtre d’Angoulême.

Bénédicte Forgeron-Chiavini

 

*À découvrir dans les caves du Théâtre jusqu’au 20 décembre 2019, l’exposition Jean-Daniel Vuillermoz, habiller l’imaginaire.

Pour en savoir plus : 

Vers le spectacle au Théâtre d’Angoulême:
Théâtre d’Angoulême-ruy-blas
Sur la comédie Poitou-Charentes:
www.comedie-pc.fr

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s