Quand les élèves du LISA recréent leur Palais hanté d’Edgar Allan Poe…

Quand des élèves de Seconde en Arts du spectacle du Lycée de l’image et du son d’Angoulême font un compte-rendu de spectacle créatif, ça donne quelques jolies maquettes, un peu de terreur et beaucoup d’invention!

GROUPE 1

Maquette de Scénographie Le manoir hanté d’Edgard Allan Poe

Nous avons choisi de laisser la scène en partie vide pour insister sur l’angoisse et la peur. L’arche symbolise le passage de la vie à la mort. Le mur bloque le passage.

Nous voulons mettre des lumières rouges  pour créer une ambiance pesante. Groupe 1 image

Le chanteur, les musiciens et la femme resteraient derrière Edgar Poe pour accentuer le fait que ces personnages sont dans sa tête.

L’arche sera en métal pour instaurer une certaine froideur tandis que le mur arrière sera en brique pour accentuer ce côté sinistre.

Clémence Bonnet et Angelo Pinteville. 

 

GROUPE 2

Toby, notre marionnette pour Le Palais hanté d’Edgar Poe

 

Nous avons choisi de représenter l’ambiance et notre ressenti sur la représentation de Le Palais Hanté d’Edgard Allan Poe. Notre projet a été de créer une poupée (marionnette) capable de rappeler l’esprit de la pièce. Nous nous sommes inspirées de la poupée vaudou qui à notre avis est effrayante et rappellerait l’un des personnages principaux, « Corbeau », avec son maquillage prononcé et repoussant, insistant sur son air malicieux et farceur. La matière principale de notre projet étant un torchon, sa tête est plus grande que son corps pour pouvoir se concentrer sur l’expression de son visage, faite d’un sourire très large mais aussi de yeux en boutons (matière plastique morte) dépareillés qui dérangent. Cela créé un sentiment d’angoisse et son grand sourire malsain nous rappelle les films d’horreurs  déstabilisants. C’est pour cela que nous l’avons réalisé vulgairement à l’aide d’un feutre rouge. Nous avons choisi de laisser les motifs du torchon de sa tête puisque les couleurs et les dessins accentuent le côté glauque de la poupée. Nous pris le parti de rajouter une fraise (caractéristique au personnage Corbeau), un chapeau fait de lambeaux de tissu rouge, que nous avons cloué, un corbeau en plastique a aussi été attaché sur celui-ci (symbole de la mort mais aussi du personnage). Nous avons pris soin de chaque détail.

Par Maïa BERTIN, Apolline Chabrouillaud et Emma LESUEUR.

GROUPE 3

Le Palais hanté d’Edgar Allan Poe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans ma scénographie, je garde seulement certains éléments ainsi que la structuration de l’espace qui me semblent essentiels à la pièce :

-L’espace est très réduit car celui-ci représente la tête d’Edgar.

– Une bibliothèque où l’on trouve très peu de livres, pour rappeler le peu de succès d’Edgar Allan Poe, qui ne trouvait malheureusement pas d’inspiration sans être saoul tout en conservant le fait qu’Edgar appréciait le monde de l’écriture.

– Des ombres de musiciens, qui se trouveraient derrière le rideau, afin qu’ils ne soient pas oubliés et qu’ils soient honorés pour le travail tout en respectant l’espace fermé de la pièce, où Edgar Po et sa tête sont le seul centre de l’histoire.

-Une bouteille d’alcool remplie d’encre ornée d’une plume en référence au cadeau qui lui a permis de trouver de l’inspiration. (L’encre est comme l’alcool, elle permet de vivre et ressentir certaines choses mais il faut accepter le prix à payer : Edgar trouve de l’inspiration mais il devient très vite fou, à en finir par croire qu’il a perdu sa tête).

J’ai tenu à garder cet élément car la pièce explique bien les deux effets, sans aucune préférence, sans aucuns jugements, ce qui permet au spectateur de mieux réagir et de  se faire un avis sans se sentir obligé.

Des papiers chiffonnés en  référence à la période où Edgar Poe n’avait pas la moindre inspiration et à la souffrance qu’il en a eue : ses tentatives d’écritures vaines l’ont désespéré.

La tête d’Edgar Poe pour rappeler le thème principal de la pièce : la folie qui l’a poussé à chercher désespérément sa tête.

-Des murs noirs pour assombrir la pièce, au sens propre et au sens figuré du thème, ainsi que pour réduire l’espace et créer un espace où l’on se sent prisonnier.

Un rideau rouge pour faire ajouter un peu d’ambiance sombre tout en se détachant du noir (celui-ci serait très épais pour faire contraste avec la chaleur de la couleur rouge.

 

GROUPE 4

Maquette de scénographie pour le Palais Hanté d’Edgar Allan Poe

Pour nous, la scène est centrée sur ce personnage qui perd la tête, c’est pour cela que nous l’avons représenté seul sur scène. Il s’agit de le mettre en valeur en détaillant son visage. Ses traits sont fins et marqués il a une moustache. Il est déprimé et perd toute fois en la vie, tout se mélange dans sa tête c’est pour cela qu’il a les yeux écarquillés. Il a un air étonné.Groupe 4 image

Il a les joues creusées par a fatigue et « l’alcool » qu’il consomme.

L’alcool qu’il consomme c’est de l’encre, il ne peut plus s’en passer.

Il a les yeux pleins de fatigue, parce qu’il n’arrive pas à trouver son inspiration.

Il a un air triste, démuni et désemparé.

Elise Chailloux et Clara Noël

 

GROUPE 5

« Le Corbeau », collage  

Il représente un corbeau, élément principal du spectacle Le Palais Hanté de Edgar Allan Poe.

En effet, un des personnages principaux de cette pièce est un corbeau, un démon chantant. Il interprète plusieurs chansons différentes, ce qui explique les notes de musiques collées dans le corbeau. A l’intérieur nous avons également mis plusieurs mots qui nous semblent représentatifs de ce spectacle. Ces mots ou phrases, traitent principalement de l’horreur et de la mort, sauf un d’entre eux : « La folle », pour l’assistante du corbeau, ayant des façons d’agir et de parler hors du commun, lui donnant ce surnom de « folle ». Le mot « épousée », revient lui aussi à la mort, car le poète perd sa femme, alors qu’il était fou amoureux d’elle, même s’il l’a peut-être tué. Nous  restons dans l’incertitude.Groupe 5 image

La mère du poète meurt également, donnant aussi signification à certains mots du corbeau.

Le corbeau, cherche au finale, à tuer le poète de folie, à l’entraîner vers la mort, donnant signification à la phrase « Ils volent autours des cimetières », « Ils volent » représente les corbeaux, et « cimetières », la mort.

Les tâches d’encre, ont elles aussi une signification particulière : la pièce, racontant la vie d’un poète fou, montre qu’à plusieurs reprises, le personnages veut « boire » de l’encre. Il en devient même presque addict et en a besoin pour écrire ses poèmes. Il demande ainsi plusieurs fois au corbeau de lui en donner, car seul ce dernier peut lui fournir, étant le seul propriétaire de cette encre.

Les mines de crayons représentent l’écriture, et donc le métier de poète.          

Ludivine Larrue et Anna Huvelin

 

GROUPE 6

Explication de la marionnette

Notre marionnette représente le personnage d’Edgard Alan Poe dans la pièce de théâtre  Le palais hanté d’Edgard Allan Poe. Celui-ci tient sa tête dans sa main pour montrer qu’il l’a perdue au sens propre du terme. Notre marionnette porte une chemise et un pantalon blancs dans le but de rappeler les tenues des hôpitaux psychiatriques et ainsi de montrer sa folie. Il a perdu la

Groupe 6 image

tête…au sens figuré. Sa chemise est déboutonnée pour renforcer le fait qu’il soit fou au point de ne plus faire attention à lui. Sa tête n’a pas de visage car à son époque il n’était pas connu et n’était personne.

Nous avons décidé de choisir de représenter ce personnage car nous le trouvions intéressant à recréer surtout parce que toute la pièce se basait sur ce personnage cherchant à retrouver ses esprits et à créer. Nous avons alors décidé de centrer notre marionnette sur le jeu de mot entre perdre la tête au sens propre et perdre la tête au sens figuré, ce qui peut aussi montrer la complexité de la création artistique.

 

Thomas CRACCO et Andrieu THIBAUD

 

GROUPE 7

Le Palais hanté de Edgar Allan Poe

 

Groupe 7 imageSuite au spectacle, nous avons eu l’idée de fabriquer des marionnettes. Ces marionnettes ont été fabriquées à partir de feuilles canson et d’attaches parisiennes. Les marionnettes représentent les personnages de la pièce. Le style des personnages est très marqué et n’est pas sans rappeler les personnages au style décalé et un peu glauques de Tim Burton. (Dans Noces funèbres, par exemple)

Les marionnettes sont réalisées à partir des couleurs noir et blanc.

Les personnages sont assez étranges et reflètent une image dérangeante.

La pièce de théâtre mettait en valeur le chanteur. Entre les 3  marionnettes, la plus grande possède un micro.

Les 2 autres sont des personnages annexes qui n’ont qu’un rôle de chanteur/musicien dans la pièce.

Théo Gautier, Daphné Grandjean et Gaëlle Duperthuis

 

GROUPE 8

Le cimetière 

La maquette que j’ai réalisé est une représentation d’un cimetière dans lequel, on peut imaginer, se trouve le personnage principal de la pièce La maison Hantée d’Edgard Allan Poe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai représenté un arbre réalisé grâce à des bonbons carambars au caramel, contenant des feuilles faites en aluminium, qui sur une scène réelle se situerait au centre en bas du plateau. J’ai également placé certaines feuilles en aluminium au sol afin que l’on pense que ce sont des feuilles mortes tombées au  sol à cause du vent qui les aurait soufflées. J’ai ajouté des plumes rouges au sol représentant les plumes du corbeau qui à cause de leur couleur rouge pourraient paraître ensanglantées. J’ai réalisé des pierres tombales en papier canson gris qui en taille réelle seraient faites en carton. Deux pierres tombales, sur lesquelles sont inscrites des dates de morts, se situent en arrière-plan et une, sur laquelle est inscrit « RIP tous les poètes ratés… », se situe au centre du plateau côté cour. J’ai placé un grillage en bâtonnets situé côté cour de la scène de façon à ce que l’on ne le voit presque pas. Celui-ci est jaune et orange et légèrement défiguré. Au centre de la scène, côté jardin j’ai placé une statue en plastique mais qui sur scène serait, si possible, en verre étant donné qu’elle est transparente. Cette statue représente un oiseau. Enfin, perché sur l’arbre, se trouve un corbeau noir.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s